Koutoukou Cocktail très populaire en Côte d’Ivoire

koutoukou côte d ivoire

koutoukou de côte d ivoire est la meilleur boisson

On ne parle pas souvent d’eux et pourtant les pays africains produisent des alcools comme le koutoukou depuis des siècles. Traditionnellement, l’Afrique a toujours produit beaucoup de bières avec ses céréales. Cependant, il apparaît aujourd’hui d’autres alcools forts qui sont majoritairement produits de façon illégale et sont visiblement dangereux pour la santé quand on connaît les ingrédients utilisés ! L’Afrique est un consommateur majeur d’alcool : cela devient même un véritable problème dans certains pays qui doivent faire face à des taux d’alcoolisme hors norme. Alors jetons un œil sur ces alcools que l’on ne rencontre pas souvent !

1. Koutoukou est la meilleur boisson de la Côte d’ivoire

La fabrication artisanale des boissons alcoolisées est une pratique universelle. Reconnu en Côte d’ivoire sous d’autres noms tels que gbêlê, toukpintchré, fort ou KTK, le koutoukou est la meilleur boisson de Côte d’Ivoire. Le koutoukou est un gin typiquement africain, obtenu par distillation du vin de palme, de raphia ou de rônier, ou à base de sucre et de levure.

En Côte d’Ivoire, à un moment donné de son histoire, précisément en 1964, la consommation du koutoukou fut prohibée. La dose et la qualité étaient difficiles à déterminer. Cette décision politique s’expliquait aussi par le fait que la consommation abusive du koutoukou était à l’origine de plusieurs maladies. Cependant, à partir de 1999, la boisson connaît un véritable boom sur le territoire ivoirien, qui voit son extension dans presque toutes les régions et surtout au sud-ouest. Sa prolifération dans cette partie du pays se justifie par la forte présence du palmier à huile et des grands consommateurs qui s’y trouvent.

2. Les Buveurs

Sur le territoire ivoirien, le koutoukou est en grande majorité consommé par des jeunes au chômage. Si cette boisson au dosage élevé attire autant de jeunes sans emploi , c’est en partie à cause de son accessibilité , son prix à portée de leur  bourse. Ces jeunes sont des aides-maçons, menuisiers occasionnels, chômeurs et parfois chauffeurs de taxis, étudiants ou même des policiers.

Mais consommé en grande quantité, le koutoukou peut avoir des conséquences sur la santé. Les médecins parlent d’alcoolisme aigu, de troubles de la vigilance pouvant aller jusqu’au coma avec de forts risques de cirrhose de foie.

3. Koutoukou: la liqueur-remède

Plusieurs maquis propose des variétés de la gamme de ses produits. Chaque bouteille est caractérisée par une couleur spécifique et traite un mal bien précis. Le koutoukou jaune amer est utilisé pour prévenir ou guérir toute sorte de paludisme. Des écorces d’un arbre ont été introduites pour donner cette mixture.

Le rouge, selon certains amateurs serait un puissant remède contre les hémorroïdes et d’autres problèmes gastriques. Le koutoukou blanc, enfin, est la liqueur brute recueillie à la fabrication.

4. Un Business fructueux

La vulgarisation du koutoukou en côte d ivoire est due en grande partie à la prolifération des maquis dans ces dernières années, au grand bonheur des férus de cet alcool artisanal. Ces bistrots de fortune sont pour la plupart du temps gérés par des femmes peu instruites. L’activité leur permet d’être financièrement indépendantes.

Les gérantes de ces maquis font donc la joie des jeunes et des vieux retraités qui ont fait de ces lieux leur passe-temps favori. Ils trouvent en cette boisson des vertus apéritives et thérapeutiques. Pour les habitants des zones rurales, en revanche, c’est une véritable source d’inspiration pour les travaux champêtres. À consommer donc avec modération.

5. Des innovations autour du Koutoukou

Sur le continent, quelques entreprises revisitent les liqueurs traditionnelles, comme le koutoukou ivoirien. L’Afrique n’a jamais manqué de bière et encore moins d’alcools forts, et encore moins d’eau de vie. En Côte d’Ivoire, c’est le koutoukou, obtenu à partir de sève de palmier distillée, qui a traditionnellement le vent en poupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naviguer